Le Corpus et les géants

Avec cette situation "géant" en Europe on arrive à l'année 1311, quand le pape Clément V instaurera la festivité de Corpus Christi, comme élément pour combattre la promotion d'autres idées éloignées «de la foi chrétienne traditionnelle».

Et bien qu'il ne soit pas expliqué comme on doit développer la conclusion processionnelle, celle-ci devient dans tout l'orbe un défilé d'éléments religieux (beaucoup de d'eux sur le «voitures triomphaux», les adaptant toutefois aux intérêts de la festivité.

Ainsi les géants, la tarasque, ce qui est grosses têtes et tout type de fabulario s'incorporent à la "Fête" ; qui au fil du temps ajoute de nouveaux éléments en provenance, spécialement, des représentations corporatives.

Ceci, avec l'ajout de danses populaires, comme la danse d'épées, font que cette conclusion ait un grand intérêt pour les classes sociales plus faibles, puisqu'en elle ils trouvent reflétés beaucoup des éléments appartenant leurs coutumes et à traditions.

Par conséquent, comme exemple, durant l'année 1430 il est déjà écrit sur la présence de géants en Ninove (Belgique), en Bergen-op-Zoom (Hollande) dans 1447, à Lisbonne (Portugal) dans 1450, à Dijon (France) l'année 1454 et à Leicester (Angleterre) le 1461.

Dans le royaume d'Espagne on documente durant l'année 1500 à Alcala de Henares, en Girona l'année 1521, à Séville le 1525, à Tolède dans 1560,….

Et comme échantillon de leur présence nous citons aussi que dans le siècle XV ils sont documentés en Kunzelsau (Allemagne), tout au long du siècle XVI en Bozen (Italie), Zerbst (Pologne) et Sterzin (Suisse).

 

Barcelona (Espagne).

 

Toledo (Espagne).

Thaïlande.